Geeta Iyengar

Geeta

L’année 2018 s’est terminée dans la tristesse pour les pratiquants de yoga Iyengar. En effet, Geeta Iyengar nous a quittés en décembre 2018. Elle a consacré sa vie à faire connaître l’œuvre de son père, le très regretté B.K.S Iyengar et elle a continué sans relâche le travail pour définir, clarifier, développer le yoga Iyengar. Son apport au yoga est immense.

Mes premiers souvenirs de Geeta…

Je l’ai rencontrée pour la première fois en octobre 1985, lors d’un « Stage Intensif canadien ». À l’époque, les élèves d’un pays en particulier étaient accueillis à l’Institut de Pune pour un stage de 3 semaines, et nous avions chaque jour le privilège d’être en classe le matin avec Geeta pour les asanas et l’après-midi pour le pranayama. Nous étions un groupe de plus ou moins quarante personnes dans l’espace qui aujourd’hui en accueille plus de cent.

Geeta était déjà la professeure principale de l’Institut, mais son père, B.K.S. Iyengar était toujours présent et intervenait systématiquement. Geeta était déjà une enseignante très talentueuse, ayant été et étant toujours la première élève de son père. Guruji nous reprocha un jour de ne pas nous observer, de ne pas nous corriger nous-mêmes. « Vous attendez que je vous corrige, disait-il. Pourquoi le ferais-je? Je deviendrais intelligent, pas vous ». En observant Geeta dans une posture, on était frappé par la connaissance qui en émanait. On sentait l’étude de soi, l’observation, la correction, on pouvait voir la profondeur de sa pratique dans le parfait alignement, la pureté des lignes, l’espace créé dans le corps, et une présence totale.

Dans le cours, elle s’adaptait aux interventions de Guruji qui la prenait comme élève pour démontrer plus clairement ce qu’il voulait nous enseigner. Geeta reprenait ensuite sa place de professeure avec autorité, grâce et humour, continuant sur la lancée de son père, précisant son intervention, la prolongeant de diverses manières, et l’appliquant dans d’autres postures. Elle savait nous stimuler, nous faire réfléchir. On avait envie d’apprendre et d’aller plus loin.

J’ai retrouvé un extrait de mon journal personnel du 3 novembre 1985 : Geeta ne perdait rien de son pouvoir devant la présence de son père. Ils s’interrompaient l’un l’autre ou parlaient les deux à la fois. Geeta m’impressionne beaucoup. À un certain point aujourd’hui, elle était debout à côté de moi et j’ai réalisé qu’elle n’était pas plus grande que moi. J’étais surprise, étant persuadée qu’elle était beaucoup plus grande. Elle a une telle conscience et maîtrise de son corps. Comme M. Iyengar évidemment et Prashant. C’est presque désespérant. À côté, j’ai l’impression d’être une masse informe, inconsciente…c’est d’ailleurs ce qu’ils nous disent, ou à peu près.

Cette première rencontre en 1985 avec Geeta Iyengar restera à jamais dans mes souvenirs les plus précieux. C’est un immense privilège de l’avoir trouvée sur ma route et je lui suis à jamais reconnaissante.

__________________________________________________________________________

 

Publicités