Un couple assorti

Après nous avoir parlé des fluctuations du mental, Patanjali nous indique la voie à suivre pour s’en libérer. On se rappelle que le yoga est l’arrêt de ces fluctuations et que, quand ces fluctuations cessent, notre âme (le Soi, cela qui sait en nous, notre lumière intérieure) peut irradier et illuminer notre être.
I.12 Abhyasa vairagyabhyam tannirodhah
La pratique et le détachement sont les moyens qui permettent de calmer les fluctuations du mental.
Par la pratique et le détachement nous cessons d’être le jouet de ces mouvements.
Abhyasa
: pratique répétée, travail sur soi-même demandant effort et volonté
Vairagyabhyam : détachement, renoncement, ne pas s’identifier
Tannirodha
: contrôle des fluctuations
La pratique est la voie de l’évolution. Le détachement est la voie de l’involution. Inspiration et expiration.
Le détachement, c’est renoncer aux idées et actions qui nous bloquent sur la route, se libérer des désirs, pensées, émotions et passions qui font obstacle à la quête de liberté.
Quand on parle de pratique ici, bien sûr, cela concerne toutes les étapes du yoga, ou tous les pétales quand on compare le yoga à une fleur. La première étape ou pétale, c’est yama. Il s’agit d’un code moral constitué de cinq principes.
Le premier de ces principes est ahimsa
, la non-violence, le respect de la vie. Ne pas faire de tort aux autres et, bien sûr, ne pas se faire de tort à soi-même.
La pratique du yoga nous met face à notre être, à ses limites et à ses faiblesses mais aussi à ses forces, possibilités et grandeurs. Il faut les reconnaître toutes. Puis les regarder avec détachement, équanimité, un esprit égal.
Non, ce n’est pas facile.
Y a-t-il des recherches intéressantes et faciles? Et cette recherche n’est-elle pas la plus intéressante de toutes?
Bonne route,
À bientôt