Mais voilà….


Mais voilà….

Nous avons vu dans le sutra I.3 que lorsque les mouvements du mental cessent, l’âme, notre essence, notre flamme intérieure (le témoin radieux dit B.K.S. Iyengar) peut resplendir et illuminer notre être. Mais….Patanjali nous dit ensuite :

I.4 Vrtti sarupyam itaratra

Autrement, le témoin s’identifie aux fluctuations du mental

Vrtti : fluctuation
Sarupyam : identification
Itaratra : autrement, à d’autres moments

Lorsque le témoin s’identifie aux fluctuations du mental (pensées, émotions), il s’unit à ces fluctuations, oublie sa conscience radieuse et n’irradie plus sa lumière.

La conscience (le mental) peut être comparée à une lentille optique dirigée vers une source de lumière. La surface supérieure de la lentille est obscurcie quand nous nous identifions à nos pensées ou à nos émotions.
L’eau calme laisse voir le trésor au fond de l’eau alors que l’eau agitée nous empêche de voir le fond.

Ah les pensées….
On s’identifie avec la pensée
On devient la pensée
On perd la distance, le détachement, on perd le pouvoir.
On peut regarder la pensée mais garder un peu de distance…
On peut regarder la pensée, mais on ne doit pas garder la pensée. On ne doit pas s’y attacher
Ne pas devenir la pensée
Si vous étiez une ville, dit Guruji, laisseriez-vous entrer dans votre port un bateau plein de matières toxiques ? De la même façon, pourquoi laisser une pensée toxique entrer dans votre esprit ?

Tout cela devient source de souffrance et nous avons peur.
Si tu as peur de souffrir, dit un proverbe soufi, tu souffres déjà.

La pratique du yoga nous aide à tant de niveaux. Elle est bénéfique pour tous les organes et systèmes de notre corps. Elle permet à l’énergie de mieux circuler.
Elle permet à la lumière de circuler.

À suivre….